Accueil du site Accueil Bénin Préparation du voyage Se déplacer Se loger Se nourrir Le Bénin région par région : Le Sud 1 Le Bénin région par région : Le Sud 2 Le Bénin région par région : Le Centre Le Bénin région par région : le Nord Guide pratique des parcs nationaux (Pendjari, W) Divers, dont actualté politique et économique Addenda Maraichage dans la palmeraie, Pollution sur Cotonou Elevage dans la palmeraie Pêche à l'épervier Marché Dantokpa, Cotonou Cathédrale de Cotonou Sur la route des Pêches Pêche à la senne Un bras de la lagune de Cotonou Sur la route des Pêches Le Bénin région par région le SUD (1) Cotonou et la région Atlantique Le site de la mairie de Cotonou est essentiellement, et sous différentes rubriques, une juxtaposition d’annuaires pas toujours fiables. . Naturellement je n'ai pu descendre dans tous les hôtels de Cotonou, ni expérimenter tous les restaurants ou encore faire le tour de toutes les boîtes de nuit. Je vous fais part des lieux où j'ai eu du plaisir à séjourner – et parfois de ceux où j'ai eu moins de plaisir. Aidé de l'avis de résidents, je crois arriver à une sélection où chacun trouvera ce qu'il recherche. p. 79 Guide pratique de Calavi (grande banlieue de Cotonou) : Hôtel Colombo, chambres avec ventilateur, douche et toilettes ; pas loin de là, l'auberge Même père Même mère, propose des chambres non ventilées. Sans indication de prix, le Centre Ayifa., Motel la Paix. p. 89 La course en zemidjan, dans Cotonou : 400 F CFA * * * p. 92. Août 2016. Le premier matin, lendemain de notre arrivée, nous irons au Centre d’Art et Culture, à Godomey, voir ce qu'il y a de nouveau et récupérer le catalogue de l'expo Zinkpè qui se termine cette semaine. p. 92 Musée des récades – visite guidée par Jidé Marius Dakpogan, conservateur du musée des récades, ateliejide@gmail.com. Ce musée manifeste qu’a commencé le retour des oeuvres pillées lors de la “conquête” du Dahomey. Et cela grâce à M. et Mme Vallois et à d’autres galeristes, comme Alain de Monbrison (Neuilly).. En outre de talentueux artistes béninois contemporains ont offert des oeuvres inspirées des récades royales traditionnelles. Parmi eux Dominique Zinkpè, Rémy Samuz Glèlè - je regrette de ne pouvoir citer les autres, pour la raison que certaines de mes photos se sont évaporées... Mais je vous assure que l’ensemble contemporain du musée des Récades justifie à lui seul le déplacement sur le site reculé du Centre Art et Culture. Nous passons ensuite à l’exposition des résidents qui viennent d’achever leur séjour au Centre.  Deux Béninois , ce mois-ci : Edwige Aplogan et Gratien Zossou. Un Français Jérémy Guillon.   Nous déjeunons tous ensemble, avec les deux stagiaires françaises (ces nouvelles formations au blabla sur l'art et aux relations publiques). Je sympathise particulièrement avec Jidé Marius Dakpogan, qui appartient, comme son nom l’indique, à la caste des forgerons de Porto-Novo. Pourtant, l'essentiel de sa carrière, il l'a vécu dans le théâtre, la représentatttion.  Et là, si j'en crois sa façon de raconter sa vie, il est doué. Autre, Galbert Guezogje, tél. 67 80 14 68 / 95 34 32 30, animateur du Centre. Fin de séjour à Cotonou. Je fais la connaissance d’Euloge Glèlè (tél 90 93 65 39), céramiste renommé, qui m’invite à visiter son atelier. Il décline les mêmes thèmes que les sculpteurs contemporains  de Covè. Sachez qu’il ne travaille que sur commande. Où sont la spontanéité, l’inspiration ? La flamboyance  des mascarades de jour et surtout de nuit ? Cela me gêne. Le prix de l’oeuvre est fixé en fonction du temps qui lui a été consacré - peut-être cette règle pour écarter toute négociation... De toute façon, Glèlè ne conserve pas d'oeuvre achevée chez lui et ne vend qu’à des intermédiaires - vous le découvrirez plus complètement dans une galerie parisienne. Glèlè appartient à l’une des familles qui ont régné sur Abomey (p. 202) ; il a dû s'imposer à  sa famille (toujours la déconsidération des arts plastiques). Photographié atelier et certaines oeuvre achevées ou en cours. Le deuxième, Bamousse, tel 97 07 71 17 (pas de site). Sculpteur peintre dessinateur formé  au Ghana, à qui j'ai acheté deux tableaux (250.000 F CFA). C’est cher, mais ces deux tableaux se répondent. Un seul (proposé 130.000 F CFA) n'aurait pas eu de sens. Les vendeurs et les intermédiaires ont vidé une petite bouteille de whisky et chacun touchera sa com. Le 3eme, Bejamin Déguénon, tel 97 44 98 47, lui aussi exposé à la galerie Vallois, lui aussi a eu pour maître Dominique Zinkpè, lui aussi travaille avec des objets récupérés... Mais je n’ai décidément plus de place libre dans mes bagages. Glèlè voulait me faire rencontrer Rémy Samuz, mais là c’était le temps qui allait manquer.  Samuz, dont nous avions vu une récade, au début du séjour, au Centre d’Art et Culture. Autre plasticien dont je remets la visite à un autre voyage : Marius Dansou. * * * p. 94 Guide pratique de Cotonou (2014-2015-2016) Choix de votre hôtel : un premier critère, les « coupures » (électricité, eau). Seuls sont concernés par cette observation les hôtels bon marché, car les autres disposent d’un générateur leur assurant l’autonomie en énergie. Présentation sur Internet (Booking Com) d’un panorama des hôtels de Cotonou de classe supérieure. Les mêmes et d’autres approchés sur Trivago. Je connais plus précisément : Au Bénin Marina Hôtel, à partir de 120.000 F CFA – Les chambres doivent être libérées à 13 h. Un seul bémol, on ne nous dit pas si internet est accessible dans les chambres.. Novotel Orisha, le client peut modifier et annuler sa réservation selon les modalités habituelles – Toujours sans le petit déjeuner. Accor, on aime ou on n'aime pas. Ce sont des hôtels fonctionnels, tranquilles, où l'on travaille dans de bonnes conditions. Parfait pour les consultants, au point qu'ils pourront y séjourner plusieurs jours sans avoir aucun écho des inondations qui ravagent la ville . idéal, n'est-il pas ? En 2014, toujours, je descends dans deux autres hôtels : l’Ibis Cotonou. Sans surprise, sympathie vraie. Deux ordinateurs, mais lents... (ce n'est pas la faute de  l'hôtel) Passez vos mails la nuit. Pas de repas avec viande ou poisson, mais des salades et des desserts. La salle à manger est dans le Novotel, tout proche. Boulevard de la Marina, 08 BP 0929 Tri Postal, tél. 229 21 30 56 77, 21 31 41 57 Fax (229) 21 30 56 78.  Nouveau sur la Marina : Hôtel Maison Rouge. Je n'ai expérimenté ni la Villa Terra Mistica, une sorte de guest-house de luxe (sans connexion internet, toutefois), quartier Cadjéhoun, près de la pharmacie Camp Guézo, tél. 21 31 78 58, 55.000 F CFA la ch. double, 65.000 la suite. Non plus qu'Alex's Hotel, près de la gare routière du Jonquet, tél. 21 31 25 08, petit prix – une boîte de nuit (Cristal Palace). Je suis enfin descendu, en 2014, à l'Hôtel du Lac, 01 BP 184, tél. 21 33 19 19, Fax : 21 33 02 22, tarifs 2014 / de 44.000 à 48.000 F CFA la ch. double sans le petit déjeuner (4.000 F CFA), connexion internet ; 9.500/pers. l'excursion à Ganvié, sur la base de 4 pers. ; accueil et transports gratuits entre l'aéroport et l'hôtel. Je n'en entends dire que du bien. Il me semble qu’y descendent de nombreux hommes d’affaires. Si vous êtes un peu serré financièrement, demandez une chambre dans l’annexe. On s’attache à l’hôtel du Lac, mais malheureusement pas à son restaurant. Je suis descendu voilà plusieurs années à l'Hôtel du Port Conarex, 08 BP 1133, tél. 21 31 44 43/44, Fax : 21 31 43 26, tarifs sur le site. Et voilà ce que j'en disais : "J'aime l'emplacement, contre le port, pas trop éloigné du centre ville, sa piscine, les suites du rez de chaussée, le restaurant, le bar, la vue sur les containers, l'ouïe broyée par les engins de manutention…" Souvent je prenais pension à l'Hôtel Le Gîte de Clarisse, tél. 21 30 60 14, 90 93 54 09, dont j'apprécie l'emplacement au cœur de la zone résidentielle de Camp Guézo, à proximité des administrations – une espèce d'oasis échappant à la pollution –, parce que je m'y sens comme chez moi, parce que son restaurant me contente (même si d'aucuns disent que je me contente de peu). Piscine au cœur d'un patio ; Wi Fi ; prix : environ 30.000 F CFA la chambre simple climatisée, B & B (2015). Il ne me déplaît pas de dormir dans un hôtel vérouillé la nuit, impénétrable et sans gardien pour veiller sur les clients égarés dans les couloirs. Le restaurant (maquis Chez Clarisse) jouit d’une bonne réputation déjeuner léger pour 3.000 F CFA environ, 600 F CFA le soft drink... Dans la même vons, l'Hôtel Zénith : je suis passé devant vingt fois, sans même jeter un œil à l'intérieur, mais c'est neuf, c'est calme, un gardien à l'entrée, une pancarte vous invitant à prendre vos repas Chez Clarisse, à deux pas de là), tél. 21 30 73 18. Quartier Missébo. Hôtel Vickinfel, tél. 21 31 38 14 / 21 31 18 01, Fax : 21 31 18 02, après m'être échappé de je ne sais plus quelle crasseuse pizzeria. L'Hôtel Vikinfel est dans une vons poussiéreuse, et les mets n'ont rien de fabuleux, mais si vous cherchez un hôtel relativement confortable, et surtout en plein centre ville, pourquoi ne pas jeter un œil sur les chambres ? L'agence Evenemenciel y était naguère domiciliée - je ne suis pas retourné à l’hôtel et je n’ai pas fait appel à l’agence. Nouveau : Green Horse Hotel, av. Mgr de Souza, tél. 21 33 18 35 – les prix ne m'ont pas été communiqués. Azalaï hôtel de la Plage, 01 BP 36, tél. 21 31 25 61 – aucune appréciation sur cet établissement, sinon qu'il jouit d'un bon emplacement, devant l'ancien wharf, entre Plakodji et le port de pêche. Naguère propriété de l'Etat, comme la Croix du Sud, il a été réhabilité par une entreprise privée. On gratifie d'une bonne réputation l'Hôtel de l'Étoile, place de l'Étoile Rouge, BP 1866, tél. 21 30 26 41. Mais j'ai moins d'informations récentes sur : l'Hôtel de l'Union, face au Hall des Arts, boulevard Saint Michel, BP 921, tél. 21 31 27 66 ; l'Hôtel de France, tél. 21 32 14 19/21 32 19 49 ; l'Hôtel Concorde, 10 avenue Steinmetz, tél. 21 31 55 70. En septembre 2016, je descends au Bénin Royal Hotel, vons pavée en face de Toxi Labo,  Un nouvel établissement au coeur de Cotonou, quartier Maro-Militaire . Je m’y suis senti bien. Toutefois les chambres sont petites - c’est une façon courante aujourd’hui de jouer la rentabilité - cet établissement faisait alors de substantielles remises - tarifs affichés, avant remise, voir la page “Se loger.” Restaurant convenable Tagliatelle aux fruits de mer, 8.000 F CFA, comme le filet de bar, 8.500 F CFA  l’entrecôte Café de Paris... Je descends également au Jetset Hôtel, tél. 21 31 42 67 / 66 77 77 76, cotonoujetset@gmail.com. Un bon point : l’emplacement au coeur du centre ville (Camp Guézo), sinon il a de la bonne volonté mais les prix  ne sont pas en rapport - tarifs, voir la page “Se loger”. Si vous voulez rêver, un hôtel en construction. Guesthouse Les Cocotiers, un peu en retrait de la route de l’aéroport tel : 66416117 ou 64630001. Non classés : Centre Paul VI, Jéricho, tenu par des religieuses Dominicaines, bon accueil, pas de repas, sauf pour groupes. Réserver. Et dans le même style, le Centre Interafricain de Stages CODIAM, près de l'aéroport, chambres de type universitaire. En 2015, toujours, je préfère l’accueil des Soeurs de Notre Dame des Apôtres, en plein centre ville, 01 BP 115, tél 21 31 41 57/ 97 47 08 78, 13.500 FCFA la chambre simple climatisée – mais de fréquents  délestages d'électricité. Deux chambres climatisées, l’activité principale des religieuses est l’enseignement. Je n’y suis pas allé, mais un ami qui y a séjourné me recommande vivement la Maison de Canélia , chambres d’hôte, petits prix. Je découvre sur internet, mais sans pouvoir le localiser, l’Hôtel Oscar & Henriette. Jetset Hotel. Fuyez : pas de restaurant le lundi, l'hôtel très récent lambine, on vous raconte des histoires, par temps de pluie une chambre est inondée, la tv ne fonctionne pas (ou elle ne fonctionne pas mieux que le streaming),les aditions sont fausses... Le petit déjeuner n'est pas inclus dans le prix, or il est cher (3.000) et inconsistant. Au moins une suite sinistre... La chambre double est à 45.000 LA SIMPLE à 30.000 / de nombreux indices laissent penser que ces tarifs sont les tarifs pour Européens une seule serviette dans les chambres doubles Le personnel est dévoué, mais je ne crois pas que tous comprennent vraiment le français. On ne peut que les appeler pour les incessants dysfongctionnements...Je ne parle que des hôtels où j'ai passé une nuit au moins Je vous recommande de choisir un hotel ou le personnel est rompu à ttes les difficultés du métier. Ici tout a été fait à l'économie (les prises de courant insuffisantes dans les chambres. Une seule chose n'est pas faite à l'économie : la note. En août 2016 je passe deux nuits au Royal Hôtel. Ce tout récent établissement, en plein centre de Cotonou, n’est pas mal. Mais je n’arrive pas à me faire aux petites chambres - rentabiliser toujours. Avec la remise, il est à son prix. De plus en plus je pense que l'Hôtel du Lac est de par sa stabilité la référence. * * * Si vous en voulez encore du pittoresque, du vivant, du vrai... et des odeurs, allez au port de pêche, mais pas la peche industrielle, la pêche artisanale  on vous demandera 500 F CFA non négociables pour rentrer. Vous aurez peut etre la chance de rencontrer Augustin Yao Amoussougbo, secrétaire général  de Fenapeche, tel 95 05 84 37 / 96 68 67 51 yaomos@yahoo.fr... Si par exemple vous vouliez faire un reportage photos sur la pêche artisanale à cotonou. A ma connaissance il n'y a pas d'équivalent ailleurs au Bénin. Il me détaille les huit catégories de filets pour la pêche en mer (y compris deux filets senne). Je reproduit ci-dessous le document qu’il me remet, mais que je n’ai pas pu faire valider - en tout cas il diffère des informations recueillies ces dernières années.. A propos, dans l'encadré, les filets de la dernière ligne seraient deux filets de pêche continentale. p. 78. Filets maillants à petites mailles, destinés à la capture de ilicha africana  Filets maillants à grandes mailles, destiné à la capture des bars  Aviande, filets flottant à exocets (poissons volants) Lifau-Lifau, filets à requins Mahoundo, filets à sardinelles Sennes de plage Watcha, sennes tournantes, pour capturer le thon, le maquereau, la carange... Emlin, lignes à la main, pour capturer la carpe rouge, le mérou, la dorade... Je vous recommande vivement un site réalisé par la FAO, certes il y a une dizaine d’année et il étudie la pêche côtière au Togo, mais celle-ci diffère peu de ce que l’on observe au Bénin - des pratiques communes, souvent importées du Ghana. Ouvrez aussi ce site, plus récent, où sont en particulier étudiés les effets du changement climatique su la pêche au Bénin. A l'est de la lagune, le secteur d'Akpakpa. Je n'avais pas eu à me plaindre, en 2006, du Bénin Hôtel Terminus, au cœur du quartier Kpankpan. En 2014, je ne reconnais plus cet établissement qui s’est fortement dégradé. Hormis le véhicule de l'hôtel (parfois en panne d’essence !), desserte limitée avec le centre ville (aller chercher un zémidjan). Je ne vous le recommande plus. Vous devriez essayer de négocier le prix de la chambre. Menu du jour : 5.000 F CFA ; poisson : 3.500 F CFA ; riz-poulet : 2.500 F CFA ; spaghetti bolognaises : 2.500 F CFA ; petit déjeuner : 500 F CFA ; boisson : 500 F CFA ; chambre single : 7.500 F CFA Je n'ai pas visité, toujours à Akpakpa, derrière la Poste, l'Hôtel des Nations, tél. 21 33 29 17 "Prix sacrifiés", Aïe ! Non plus que Casa Cornelia, qui n’a pas mauvaise réputation, à partir de 21.000 F CFA. Une mention spéciale à l’Hôtel du Lac, mon préféré, proche du centre (il suffit de traverser la lagune),  celui où je me sens le mieux. Rien à redire sur l’entretien et beaucoup de bonnes choses sur le personnel. Toutefois, au restaurant le service est excessivement lent. Hôtel Ayélawadjè, je n’y suis pas descendu. Appartient au même groupe que les hôtels du même nom de Porto-Novo. Hôtel GL, place Lénine, tél. 21 33 16 17 – j'y passai une nuit dans les années 90 (une seule nuit)... Au Point kilométrique (PK) 6, route de Porto-Novo, l'Hôtel Miva, 05 BP 9112, tél. 21 33 12 08, Fax : 21 33 06 01. Djibson Hôtel, à Akpakpa (proche de l’ex-PLM, p. 86). Ganvié Gratien Zossou Benjamin Deguenon Récade contemporaine. Celle-ci est de Dominique Zinkpè Jidé Marius Dakpogan étale ses ébauches A l’ouest de Cotonou, au départ de la route des Pêches (p. 95), à Fidjrossè, un faubourg au bout de l'avenue de la Francophonie, près de la plage, Les Résidences Céline Hôtel, tél. 21 30 79 18, assez chic. Un peu plus loin, beaucoup plus simple, je connus voici quelques années (2010) Le Littoral du Soleil, tél. 21 00 35 84 / 97 15 77 33, 12.500 F CFA le bungalow, 11.500 F CFA la chambre (en 2010), un restaurant qui affichait  une belle carte : 14.000 F CFA la langouste, 9.000 F CFA le gambas ; de 3.200 à 4.000 F CFA  le Retour du Pêcheur ; 3.200 F CFA le filet de bœuf… Avant le Jardin Helvetia, sur Togbin Plage, tentez l'Auberge Au Large, tél. 21 39 13 14 – environ 22.500 F CFA la nuitée en chambre climatisée, piscine. Ne descendez pas au-dessous d'un certain standing (par exemple, ne rêvez pas de paillotes à 20.000 F CFA/semaine, sinon vous souffrirez d'une mauvaise hygiène, d'inconfort et d'insécurité, etc. On n'est pas tenté non plus par les gargotes sur la plage. Encore un chantier pour le ministère du tourisme. En revanche je vous recommande Au Jardin Helvetia, 11 km à l'ouest de Cotonou, sur la route des Pêches, tél. 97 52 20 70 / 95 95 79 66, restaurant, motel, camping sous la cocoteraie, piscine, 25.000 F CFA le bungalow ventilé, 16.500 F CFA la paillote, 2.000 F CFA/pers. le camping + 10.000 F CFA/pers./semaine la mise à disposition d'un bloc sanitaire. Rouler jusqu'à Houndodji Plage, en taxi (6.500 F CFA de l'aéroport) ou zémidjan. Camping. Sur la Route des Pêches, à l'abri de la cocoteraie, on pourra profiter de sites gardés, dépendant d'hôtels, comme Au Jardin Helvetia (km 11). Plus à l'ouest, on arrêtera son camping-car à l'Auberge de Grand Popo... Résidences, chambres meublées, appartements, clubs... (je ne les connais que par Internet) : site 1 ; site 2 ; site 3  Le complexe du CEN-SAD, édifié par la Libye, a disparu d'Internet. Je suppose que les habitations qui n’ont pas été cédées ou louées seront bientôt proposées sur un autre site. Une dizaine de restaurants sélectionnés par TripAdvisor. Restaurants. Je ne suis pas gastronome ni, faut-il le dire, aventurier des cuisines tropicales en tous genres. Aussi ai-je demandé à un ami, résidant depuis de longues années, de m'éclairer de ses conseils. Néanmoins, lorsque je l'ai pu, j'ai mis mon grain de sel… Ici comme ailleurs, les bonnes tables changent. Quant aux petits établissements (africains, européens, asiatiques), ils s'ouvrent avec autant de facilité qu'ils se ferment, et il est donc impossible d'en tenir un répertoire à jour. – Les plus réputés. Si vous souhaitez honorer quelqu'un, emmenez-le au restaurant du Bénin Marina Hôtel. Autres maisons de qualité, et plus folichonnes : Les Trois Mousquetaires, en face du supermarché, à la limite de Plakodji, tél. 21 31 38 62 ; L'Atelier, route de Lomé, non loin du Monument des Martyrs, tél. 21 30 17 04. Si vous voulez manger de l'excellente cuisine africaine, allez au Maquis Pili Pili, dans le quartier Zongo, tél. 21 31 29 32. Commandez sans faute la veille votre amiwo, ce que je n’ai pas pensé de faire ; poisson  7.700 F CFA, poulet 4.500, verre de vin 3.000, – On me recommande le restaurant libanais l'Oriental, dans le quartier Haie-Vive : un lieu où se produiraient des troupes de théâtre – tél. 21 30 18 27. – Classique, le Costa Rica, au Centre de Promotion de l'Artisanat (tél. 21 30 20 09), sous une vaste paillote. Je n’y ai pas déjeuné depuis des années. Je me souviens de pâtes faites maison, m'assurait-on, et elles étaient très convenables. Le petit vin blanc en carafe frais, donc il buvable, mais la langouste grillée paraissait sortir d'un buffet du Club Med. A l’époque, 27.800 F CFA à deux, avec apéritif (soft) et café. On n'était pas loin, alors, du Smic mensuel au Bénin. Vous me direz que si l'on tient de tels raisonnements il vaut mieux rester chez soi. Je vous fais une petite dépression… Omne animal post coïtum triste est. Fort heureusement, le patron et le personnel se montraient attentionnés. Pourvu que les choses n’aient pas changé, amateurs de spleen allez au Costa Rica, le samedi ou le dimanche, mais ne commandez pas de langouste ! Au village artisanal, le Costa Rica a changé de main, tandis qu’un second maquis s’ouvrait. Chez Clarisse, à côté de la GTZ, tél. 21 30 60 14. J'ai beaucoup apprécié ce maquis, dans le quartier résidentiel du centre ville – tarifs 2014 : 1.500 F CFA les tomates vapeur ou l'omelette nature, 4.000 F CFA l'émincé de bœuf, 4.800 F CFA le filet de bœuf, 3.800 F CFA le filet de poisson ou la brochette, 600 F CFA les haricots verts, 2.000 F CFA la salade d'avocat, 1.600 F CFA le quart de vin rouge, 10.800 F CFA la bouteille de côte du Rhône. Le site est agréable, on a de l'espace, la clientèle est celle du quartier des affaires et des administrations. Quelqu'un s'étonne que je n'aie pas trouvé la sole farineuse. J'ai répondu qu'elle n'est pas meilleure chez moi, et que justement je me sens chez moi, J’ajoute que le patron est un type qui vient d'un autre monde, qu'on s'enrichira à discuter avec lui et qu'on en apprendra plus sur l'Afrique et ce pays. Un bémol, cependant : il serait bon que ce maquis soigne la propreté. J’ai aimé aussi le restaurant O’Grill (site Globenin), quartier Ghani, tél 21 31 08 76, 3.400 F CFA la brochette de boeuf, 8.500 F CFA la bouteille de merlot (2015). Ajoutez le Sorrento, dans le Hall des Arts, Loisirs et Sports, tél. 21 30 37 79 / 21 30 50 68 ; La Brasserie d’Europe, qui m'est très vivement recommandée. Quartier Haie Vive, près du supermaché Championne et de la boîte Calypso, le restaurant Domino Express. Café Boutique de la Fondation Zinsou, tél. 21 31 57 14, 23 30 99 25, curry poisson 5.000 F CFA, curry poulet 4.500 F CFA, café 1.500 F CFA... La carte est mince, mais le cadre agréable (2015). Domino Express, ouvert 24 h sur 24, quartier Haie Vive, j’y fais prendre des spaghetti carbonara pour 4.000 F CFA (2015). Et puis tous ces asiatiques qui envahissent Cotonou (restaurants asiatiques sur Trip Advisor) : Le Hong Kong (quartier Patte d'Oie), tél. 21 30 13 95 ; Hai King (quartier Cadjèhoun), tél. 21 30 60 08 ; le Thaithanh (quartier Haie Vive), spécialités vietnamiennes, tél. 21 30 61 85 ; le Royal Garden (un Indien), quartier Haie Vive, tél. 21 30 03 20 ; Restaurant Bangkok Terrasse, tél. 21 30 37 86, près de l’Ancienne maison de la Radio, nems, canard laqué, riz...  Voilà ce vers quoi lorgne un expert international qui saute d'un continent à l'autre, mange asiatique en Afrique, libanais en Indochine… Je vous l'ai dit, au contraire de l'Expert migrateur, je suis un type pépère, je ne suis pas un baroudeur de la restauration exotique. Je ne m'aventure même pas au Mac Do – l'obésité gagne l'Afrique, et quand l'Asie sera elle aussi passée à l'obésité, le monde aura été uniformisé et les laboratoires médicaux auront définitivement gagné la partie, la guerre des hormones assoira leur prospérité pour 10 000 ans… En somme, je vous donne trois maquis, Pili Pili, Clarisse et O’Grill ; avec ça, et un rond de serviette, on peut dire que Monsieur est servi… Maintenant que nous sommes dans l'intime, sur la liste je griffonne La Gerbe d'Or – elle aussi, toujours en place –, le Maquis Akwaba, derrière l'église Saint Michel, où l'on vous servira sous des paillotes, tous les jours de la semaine, une cuisine africaine et européenne. Ou encore Mama Bénin, qu’on me recommande vivement (près du boulevard St Michel)… Sinon plusieurs restaurants et maquis se sont récemment ouverts à Cotonou, genre brasserie de sous- préfecture, avec une tente couvrant la terrasse empiétant sur le trottoir. Comme s'il fallait croquer à l'abri des regards de la rue… Night-Clubs. Les boîtes de nuit ne manquent pas, mais là aussi les réputations se font et se défont. En 2010 la rumeur portait au pinacle le Cristal Palace, dans le complexe Chez Alex, quartier du Jonquet. Le New Gate (ex-Blue Gate, près de l'ancien pont), était toujours là, comme le New York  (dans le Hall des Arts). Toujours selon la rumeur, le Titanic, le VIP, le KS (dans l'Hôtel du Port, ouverture le week-end)… étaient tout à fait acceptables. Mais pour les soirées "jazz", c'était sans conteste le So What, à côté du Vieux pont. Une boîte sans danger, disait-on : Tèkè night club, à l'Hôtel Marina (ex-Sheraton). Sans danger : cela existe-t-il quelque part ? Deux précautions : sortez "couvert", entendez-vous avec un chauffeur de taxi pour qu'il vienne vous chercher à une heure convenue. Ravitaillement. Supermarchés et supérettes, souvent propriété de Libanais, dans le centre ville (avenue Clozel, avenue Steinmetz, etc.), ou dans des quartiers plus excentrés (comme Haie Vive). Au marché Ganhi, vous trouverez volailles, fruits (ananas, avocats, mangues, etc.), légumes frais – naguère le marché était, à cet égard, sans équivalent. Mais les embouteillages m'ont empêché d'y retourner. Petit marché de fruits et légumes dans le quartier des Cocotiers. Le marché aux poissons est sur la Marina, près du port – vous y trouverez en particulier le poisson du matin, mais les résidents sont généralement démarchés et livrés à domicile. D'autre part, il se vend encore du poisson frais après 18 h, en particulier devant les supermarchés. Compagnies aériennes. Plusieurs compagnies transcontinentales ont une représentation à Cotonou : Afric'air, tél. 21 30 63 19 ; Afriqiyah Airways, tél. 21 31 76 51 (suspendue en 2011 !) ; Air France, route de l'aéroport, BP 905, tél. 21 30 18 15, aéroport 21 30 07 53 ; Air Burkina, tél. 21 31 68 28 ; Cathay Pacific, tél. 21 31 08 97 ; Royal Air Maroc, route de l'aéroport, tél. 21 30 86 04 ; Cameroun Airlines, tél. 31 52 17 ; Brussels Airlines Benin Lot G24, Les Cocotiers, Avenue Jean-Paul II, Cadjehoun 1, COTONOU, tél 229 21 30 16 82 salesbenin@brusselsairlines.com ; Le Point Afrique, tél. 21 30 98 62. Agences de voyages à Cotonou. Liste (incomplète) sur Pages jaunes. Mes investigations et quelques recoupements m’invitent à vous suggérer : Concorde Voyages, tél. 21 31 34 13/21 31 02 27, Fax : 21 31 32 24 ; Déclic Tours ; Bénin Tours ; Continental voyages ; Groupe Elda CBM ; ICM Bénin voyages. L'écotourisme fait une entrée en douceur : Eco-Bénin, 03 BP 1667 Jéricho, tél. 21 04 22 68. Cette structure semble disposer de moyens, et affiche des destinations originales et authentiques – Tanongou, Koussoukoingou, Taneka-Béri, Possotomè, Avlo... – soyez attentif aux services connexes, tels que safaris. Du même style Nature, culture & découverte. Si vous voulez vous engager, ouvrez Urgence Afrique. Sinon, en 2014, j'ai fait appel aux services d'AAT (Agence Africaine de Tourisme, en face de l'église Saint Michel), tel. 21 31 54 14 – tarifs : location d'un 4x4, 70.000 F CFA/jour, y compris le défraiement du chauffeur, mais le carburant est à votre charge. Je n'ai pas pris le temps de discuter le prix. Sans doute aurais-je pu obtenir un rabais de 10 ou 15%. Y a-t-il une agence meilleure que les autres ? Elles puisent dans le même vivier de chauffeurs, dont certains exercent d'autres professions occasionnelles. Safari : certaines agences ont des départs groupés, à date régulière. Soins. Attention ! il peut se faire que des déménagements ou fermetures d'établissements aient eu lieu, ainsi que des changements de médecins, ou tout simplement de numéros de téléphone... Aussi ces numéros d'appel vous sont-ils donnés sous toute réserve. Contrôlez sur le site Conseils aux voyageurs, du ministère français des Affaires étrangères. Appels d'urgence : voir plus bas. Banques : Ecobank, tél. 21 31 40 23, Fax : 21 31 33 85 ; Financial Bank, tél. 21 31 31 00, Fax : 21 31 31 02 ; Bank of Africa, tél. 21 31 32 28, Fax : 21 31 31 17 ; Continental Bank, tél. 21 31 24 24, Fax : 21 31 51 77 ; Société Générale Bénin, tél. 21 31 83 00, Université Nationale du Bénin (U.N.B.), 02 BP 647 Gbégamey, Cotonou. Cybercafés, Jardin Helvetia recommande sur son site le café de la place Québec, à Akpakpa, et celui de la Poste Principale, dans le centre ville… Ambassades, consulats, appels d'urgence. Ambassade de France, av. Jean Paul II, BP 966, Cotonou, tél. 21 30 02 25/26/24 (permanence), adresse mail ; consulat de France, avenue du Gal de Gaulle, BP 605, tél. 21 31 26 38/80. Consulat de Belgique, quartier Les Cocotiers tél. 21 30 18 75 / 38 70. Agence consulaire de Suisse, tél. 21 30 14 68, Fax : 21 30 08 96. Agences de l'O.N.U., de la C.E.E : U.N.I.C.E.F, tél. 21 30 02 66, Fax : 21 30 06 97 ; O.M.S, tél. 21 30 50 62 / 21 31 50 06 ; P.A.M, tél. 21 31 82 78. La fondation Zinsou de Cotonou a déménagé en 2016. Ses nouvelles coordonées : Rue des Missions, R 7012, Face au commissariat central ; 01BP7053, Cotonou, Bénin. (+229) 21 30 99 25 / (+229) 21 30 99 29, information@fondationzinsou.org * * * p. 96 Guide pratique de la route des Pêches. Voilà quelques années (2010) Le Littoral du Soleil, tél. 21 00 35 84 / 97 15 77 33, 12.500 F CFA le bungalow, 11.500 F CFA la chambre (en 2010), un restaurant qui affichait  une belle carte : 14.000 F CFA la langouste, 9.000 F CFA le gambas ; de 3.200 à 4.000 F CFA  le "Retour du Pêcheur" ; 3.200 F CFA le filet de poisson. (2014) Avenue de la Francophonie, près de la plage, Les Résidences Céline Hôtel, tél. 21 30 79 18, assez chic, tarifs Avant le Jardin Helvetia, sur Togbin Plage, tentez l'Auberge Au Large, tél. 21 39 13 14 – environ 22.500 F CFA la nuitée en chambre climatisée, piscine. Ne descendez pas au-dessous d'un certain standing (par exemple, ne rêvez pas de paillotes à 20.000 F CFA/ semaine, sinon vous souffrirez d'une mauvaise hygiène, d'inconfort et d'insécurité. On n'est pas tenté non plus par les gargotes sur la plage. Encore un chantier pour le ministère du tourisme. En revanche je vous recommande Au Jardin Helvetia, 11 km à l'ouest de Cotonou, sur la route des Pêches, tél. 97 52 20 70 / 95 95 79 66, Heiner.Schmitt@Jardin-Helvetia.com,restaurant, motel, camping sous la cocoteraie, piscine, 25.000 F CFA le bungalow ventilé, plutôt sommaire, 16.500 F CFA la paillote, 2.000 F CFA/pers. le camping + 10.000 F CFA/pers./semaine la mise à disposition d'un bloc sanitaire. Rouler jusqu'à Houndodji Plage, en taxi (6.500 F CFA de l'aéroport) ou zémidjan.  Une carpe grillée : 5.000 FCFA ; une brochette de poisson (délicieux) : 4.800 F CFA. Le restaurant reste parfait (à peu-près), il est, j'imagine, plein le week-end. Mais les bâtiments, en particulier ceux qui abritent les chambres, ont souffert du temps. * * * p. 100 Guide pratique de Ganvié. Il n'est pas impossible que mes informations sur Ganvié datent : en vérité j'ai trouvé plus intéressant que Ganvié au Bénin. Ou bien il faudrait remonter la rivière Sô, suivre ses méandres… Départ de Dantokpa en taxi de brousse. A Godomè (km 11), Université Nationale du Bénin, SOS Village d'enfants... Puis Abomey-Calavi (km 17), fameux et dangereux repère de sorciers honorant Kilinsi. Prendre sur la droite à l'embranchement. Un kilomètre encore jusqu'à l'embarcadère – maquis, quelques chambres, boutique de cadeaux. Louez alors les services d'un pêcheur, qui vous conduira à Ganvié en pirogue (plus d'une demi-journée aller, visite et retour), ou affrétez une pinasse (barque à fond plat) à moteur, spécialement conçue pour la custre, avec pilote et guide accompagnateur (20 minutes pour effectuer le trajet ; 3 heures pour l'aller, la visite et le retour). Beaucoup mieux, l'excursion au départ de Cotonou, en pinasse : s'adresser à l'Hôtel du Lac (p. 97), 75.000 F CFA. Deux auberges ou chambres d'hôtes dans le village de Ganvié – vraisemblablement une expérience intéressante ; essayez Hôtel Carrefour Chez M. Je ne connais pas. Renseignements à l’Hôtel du Lac  ou à l’embarcadère. Près du marché Saint Michet, à Cotonou, le chiffon blanc signale la présence du très puissant To-Legba dont l'autel reçoit des sacrifices et se trouve donc inaccessible aux non-initiés, du moins pour le moment (pp. 46 & 85) Au Centre d'Art et Culture Glèlè Glèlè Glèlè Bamousse Bamousse Benjamin Déguénon Benjamin Déguémon Benjamin Déguénon Cotonou Centre Culturel Chinois Université d'Abomey Calavi Profusion des Eglises Récade contemporaine offerte par Rémy Samuz Récade zoomorphe, oiseau. Vraisemblablement un toucan, figurant dans les armoiries du roi Glélé Récde royale, le requin, symbole héraldique du roi Béhanzin Dominique Zinkpè 2016 (p. 67) Oeuvre exposée au Centre Culturel de France, en 2016. Ganvié